Maroc en avril-mai 2017 - Goldwing 1500 en duo - tipi


https://photos.google.com/share/AF1QipOXaLvnB5LCB6tb5c-u32Z_2dH_u0jnNJUm6FNJfXOdbogfWpY7p7u2kitbxUcptw?key=OEh5THRZMGlJT193OUkwSk4yay1aOHJzQ0wtd1Bn









<<< montage de 278 images commentées (Infos en haut à droite) et cartes


 
Ce voyage à la découverte du Maroc compte parmi nos très bons souvenirs :
Il a été effectué avec ma Goldwing 1500, à la base de pratiquement tous les voyages présentés sur mon site au cours de ces huit dernières années. Elle totalise environ 265 000 km à ce jour.
Les campings  sont présentés à chaque étape sur mon montage photos : ceux où nous avons monté le tipi étaient plutôt agréables. Par contre celui que nous avions choisi pour Tanger était complètement dégradé : nous n'y avons pas eu l'hygiène souhaitée, mais l'avantage d'être à côté des Grottes d'Hercule et de l'Océan.
La description des campings du Guide du Routard aide à choisir dans la liste donnée par le GPS moto dans lequel j'ai installé la Carte du Maroc OpenStreetMap pour Garmin, gratuite, complète.
La wifi est disponible pratiquement partout dans le pays : dans les campings, dans les cafés, les restaurants... L'employé nous donne un petit papier avec le code ou le rentre lui-même directement sur notre smartphone. Et c'est gratuit, sans même nous demander de consommer... En fait plein de gens communiquent par WhatsApp plutôt que par carte SIM. Ça nous a été très pratique.
Les routes sont de bonne qualité sur les grands axes. Pour découvrir le pays hors des hauts lieux touristiques, bien sûr, il faut prendre des routes plus difficiles, voire des pistes, mais rien d'insurmontable.
La circulation routière ordinaire se conforme au code de la route.
( Le seul gros souci à moto se rencontre sur certaines routes qui ont une seule voie de circulation goudronnée, au centre, et lors d'un croisement de deux véhicules, l'un des deux doit rouler sur le bas-côté non goudronné. Entre le goudron et le bas-côté il peut y avoir 10 cm de dénivelé, et le bas-côté peut être en terre, en sable ou en gros cailloux ronds ou anguleux - la chute assurée pour une Goldwing (masse roulante de 600 kg en duo chargée). Nous ne sommes jamais descendus, bien sûr, mais avec quels risques souvent et avec quel stress tout le temps, sachant que le conducteur d'un gros véhicule n'imagine absolument pas qu'un plus petit puisse lui résister. Même les cyclistes très âgés descendent de leur vélo pour marcher sur le bas-côté lorsqu'ils voient arriver un véhicule ! )
Le stationnement se fait toujours sous la protection d'un « gardien » qui est là pour assurer la sécurité du véhicule, il demande quelques centimes. Comme cela nous n'avons jamais craint pour la moto et les bagages.
Je ne présente pas les boutiques et les vendeurs, qui ont évidemment besoin de commercer pour vivre. Ils proposent souvent un artisanat original et de qualité, réalisé avec habileté et goût, mais c'est un véritable harcèlement dans les lieux touristiques et même dans certains lieux complètement isolés où il y a des arrêts panoramiques par exemple.
L'influence de la religion sur la vie quotidienne, c'est à découvrir personnellement.
La nourriture est excellente et variée, là où mangent les gens ordinaires, dans des endroits « modestes, voire très modestes ».
Les Marocains sont en général accueillants. Ne pas se leurrer toutefois : personne ne nous a offert le thé à la menthe sans en attendre une contrepartie – vente des produits de la boutique, proposition d'une chambre en ville, de l'argent pour une association...
La Police est omniprésente, pratiquement à toutes les entrées de villes, dans beaucoup de carrefours routiers, avec des herses qu'il suffit d'actionner avec une corde pour neutraliser la route... Nous avons été contrôlés quelques fois seulement, avec politesse.
C'est avec bonheur que nous avons voyagé au Maroc : le dépaysement, l'agriculture, les ports de pêche, l'artisanat, l'architecture, la culture, les musées, les paysages, les gens, l'accueil, la vie... et puis beaucoup d'habitants ont besoin du tourisme pour vivre.